Archives du mot-clef risques



L’autoroute intelligente au service de la sécurité routière : l’exemple de l’autoroute de contournement à Genève

Cet article se concentre sur les dispositifs de surveillance à distance mis en place pour minimiser les risques routiers sur un tronçon autoroutier urbain. Ces dispositifs, qu’on peut appeler sociotechniques, tentent d’apporter des réponses dans l’ajustement des différents risques qui émergent avec les caractéristiques des espaces concernés. Un des enjeux est notamment de concilier la mobilité des usagers de la route avec une surveillance la moins statique possible, capable d’assurer un certain suivi dans le temps et dans l’espace. Cet article pointe ces difficultés en les illustrant par l’exemple de l’autoroute de contournement de Genève (Suisse). L’analyse montre que l’autoroute intelligence lance des défis tant aux sciences sociales qui étudient les risques qu’aux acteurs de la sécurité : d’un côté, la télésurveillance redistribue les rôles des acteurs face aux risques, en les multipliant ; de l’autre, la télésurveillance reconfigure le risque en créant de nouveaux liens ou attachements entre le dispositif, les lieux concernés et les divers acteurs.

Le blé francilien à l’orée d’une profonde mutation : vers une partition de l’espace des risques ?

L’agriculture d’Île-de-France, déjà fragilisée en maints endroits par la proximité urbaine, est de plus en plus menacée par des risques spécifiques liés notamment à la pollution atmosphérique (métaux lourds, ozone, etc.). La réglementation actuelle sur les mycotoxines renforce les exigences sur la qualité sanitaire des céréales. Nous faisons l’hypothèse que la partition de l’espace agricole via des destinations différenciées des produits peut être un bon levier pour gérer ces risques. Trois études de cas en Île-de-France sont ainsi comparées en associant sciences biotechniques et sciences sociales. Au terme de ce travail, la question nous paraît, en définitive, bien plus complexe qu’on ne l’avait imaginée puisque chacune des situations mêle une définition des risques (mais en exclut d’autres), définit a priori un espace « sain » ou s’affranchit de localisations anticipées, s’appuie sur des coordinations d’acteurs différentes et fait varier le blé lui-même.