Archives du mot-clef Rio de Janeiro



Observer sur les plages de Rio de Janeiro : à la recherche du corps perdu

La posture objectiviste traditionnelle en géographie se fonde sur l’occultation de l’action du sujet dans l’observation. Ce postulat a été remis en cause, et la subjectivité du chercheur est désormais prise en compte via la réflexivité afin de situer le savoir produit. Ce texte questionne les aspects émotionnel et sensible de la réflexivité et leurs conséquences sur la pratique même de l’observation. Celle-ci devient alors synesthésique, incarnée, et appelle une réflexion sur des méthodes de restitution qui ne feraient pas l’économie du sensoriel. Ainsi peut être dépassée la critique de l’observation comme pratique de mise en ordre par le visuel. L’article invite enfin à inscrire l’observation dans un processus relationnel et interactionniste qui emprunte au modèle de terrain fondé sur le care ou « faire avec », conduisant à terme à un brouillage des définitions de l’observateur et de l’observé : l’observation ne porte plus sur les autres, mais se fait entre soi et les autres.

Les déchets et l’aménagement des territoires de Buenos Aires et Rio de Janeiro

Buenos Aires et Rio de Janeiro sont deux métropoles latino-américaines de plus de 10 millions d’habitants ; la gestion des déchets pèse sur l’aménagement de leurs territoires. Cette gestion était souvent prise en charge par le gouvernement central, au nom des enjeux de sécurité sanitaire et de maîtrise d’espaces stratégiques. Ces décisions, prises par des dictatures militaires répressives, ont été remises en cause au cours des années 1990, avec la redistribution des cartes de la gestion par les gouvernements locaux. Les municipalités tentent de tirer leur épingle du jeu, en associant les acteurs publics, privés et associatifs à leurs politiques de durabilité. Les dispositifs de participation démocratique laissent entrevoir le début d’une gouvernance métropolitaine des déchets.

La domination territoriale des favelas par les trafiquants de drogue à Rio de Janeiro

Cet article examine le processus de domination territoriale des favelas par le narcotrafic dans la ville de Rio de Janeiro. Au départ, lieu d’ancrage du commerce de la drogue dans la ville, les favelas sont devenues des territoires ressources pour les gangs qui se sont mués en véritables organisations criminelles aux multiples activités, aujourd’hui concurrencés par des milices qui ont proliféré ces dernières années. Afin de maintenir leur domination, ces organisations exercent un contrôle strict sur les favelas, accentuant leur enclavement physique et social qui contribue à un mouvement plus global de privatisation de l’espace public dans la ville. Face à cette évolution inquiétante, les autorités ont dû revoir leur politique de sécurité, traditionnellement basée sur des actions belliqueuses de confrontation directe avec les trafiquants, pour occuper les favelas de manière permanente et pacifique.

Les commerçants ambulants et leurs clients à Rio de Janeiro

Cet article examine les pratiques et les discours de citadins de la métropole de Rio de Janeiro, clients éventuels ou attitrés des vendeurs ambulants. Nous proposons de réfléchir sur la dimension marchande des déplacements du quotidien à partir d’une ethnographie comparée de deux espaces de la ville : le marché populaire d’Uruguaiana et la plage de Copacabana.