Archives du mot-clef homosexualité



Homo-sociabilité et (auto)exclusion en prison pour hommes. Usages sociaux du sport et divisions de l’espace

Cette étude sociologique, construite dans le cadre d’enquêtes sur les usages sociaux du corps et du sport en prison, s’attache à comprendre, et par conséquent expliquer, à travers l’exemple des représentations et de la position des détenus (auto)déclarés comme homosexuels, la construction et la naturalisation des rapports sociaux de sexes, leur hiérarchie, leurs mécanismes et leurs violences dans l’espace sportif de prisons pour hommes.

Investi par certains détenus comme un espace de reconstruction d’une identité masculine écorchée par la détention, l’espace sportif peut également être appréhendé par d’autres détenus comme un espace hiérarchisé et violent corroborant une mécanique d’(auto)exclusion des plus vulnérables d’entre eux, parmi lesquels les homosexuels. En tant qu’espace de socialisation important dans la prison et à travers sa dimension ambivalente, l’espace sportif se révèle dans ce travail comme un véritable laboratoire d’analyse de l’espace carcéral, des rapports sociaux et des tensions qui s’y nouent.

Lieux de drague dans l’espace « naturel » : un patrimoine au-dessus de tout soupçon ?

Dans le cadre d’une enquête européenne sur les usages sociaux et les perceptions des espaces naturels sur la côté languedocienne (sud de la France), une diversité d’impacts sur l’environnement a été décrite, en vue de formuler à terme des recommandations pour les limiter. Les résultats font l’objet d’une comparaison non seule- ment des usages attendus de l’espace littoral (i.e. famille/loisirs) et de la drague sexuelle, mais des différentes catégories de dragueurs en présence sur le site (plage/dune) et dans la durée. La présence de réseaux contrastés d’hommes venus draguer au quotidien ou suivant les saisons conduit à interroger la corrélation entre les mesures de protection récentes et l’antériorité de ces formes notoires d’appropriation sexuelle de l’espace. L’article souligne aussi le rôle des acteurs publics, de leurs représentations et attitudes envers l’activité « indésirable » dans l’aménagement d’aires naturelles à protéger.

Le « Village Gai » de Montréal. Une aventure urbaine minoritaire

Cet article interroge l’apparition d’un « quartier gay » à Montréal à travers les changements qui affectent le statut minoritaire et stigmatisé des populations homosexuelles dans les sociétés occidentales contemporaines. À partir d’une enquête portant sur le Village Gai de Montréal, il montre comment l’image du refuge identitaire est d’abord centrale dans la construction du quartier gay durant les années 1980 et comment elle est effectivement mobilisée par une première génération gay montréalaise. Les années 1990 inaugurent une nouvelle étape pour le quartier et les populations gays : celle de la conversion du stigmate en ressource sociale et spatiale.