Archives du mot-clef États-Unis



Les grandes universités face aux enjeux de la production urbaine

Dans un contexte de concurrence accrue entre universités, la production urbaine devient un champ d’action privilégié pour améliorer l’attractivité des établissements. L’article présente à partir d’une étude internationale, les traits dominants de cette figure montante de l’université-producteur urbain. Cette mise en perspective permet ce faisant, d’interroger avec un nouveau regard, les rapports des universités françaises avec la ville.

« Gentrifieurs, gentrifiés » : cohabiter dans le quartier de la Mission (San Francisco)

Depuis les années 1980 et 1990, le quartier populaire hispanique de la Mission, à San Francisco (Californie), a été l’objet d’un processus de gentrification assez visible, devenant ainsi l’épicentre d’un vif débat sur les enjeux de ce phénomène pour les citadins aux États-Unis. À partir de cet exemple, cet article s’intéresse à l’impact d’une telle transformation sur les rapports au quartier de l’ensemble des habitants de la Mission. Il analyse en particulier les modalités de cohabitation entre les anciens résidents (que j’appellerai les « gentrifiés ») et les nouveaux arrivants par lesquels la gentrification advient (que je désignerai comme « gentrifieurs »). L’on verra qu’un certain nombre de décalages entre les pratiques et les représentations des uns et des autres rendent la cohabitation difficile et pleine de contradictions.

Classe moyenne versus classe ouvrière. Working-Class suburbs et le mythe de la banlieue étatsunienne

Il y a cinquante ans est paru l’un des premiers livres à mettre en cause ce qui a été appelé « le mythe de la banlieue » étatsunienne. Il s’agit d’une publication à la fois peu médiatisée et durement critiquée à l’époque. Écrit par Bennett M. Berger, le livre a fait la réputation de son auteur, tout en réveillant l’intérêt pour les études sociales sur la banlieue. L’analyse du livre permet d’étudier la relation aux États-Unis entre banlieues et classes sociales. Cet article présente le livre aux lecteurs francophones et explique sa conception, en même temps qu’il tente d’évaluer son intérêt cinquante ans après sa parution.

L’enclave fonctionnelle du strip à Las Vegas : quand l’insularité façonne la ville

Emblème de Las Vegas, le Strip est un grand boulevard le long duquel se concentrent les hôtels-casinos et les attractions touristiques de la capitale mondiale du jeu et du divertissement. Dès sa naissance dans les années 1940, le Strip se caractérise par une déconnexion spatiale et fonctionnelle d’avec le reste du tissu urbain. La spécificité de cette situation permet d’aborder l’idée d’urbanisme insulaire, ici appliqué à l’échelle de tout un quartier. Soutenue et même encouragée par les acteurs économiques et politiques locaux, cette déconnexion va à l’encontre de l’interdépendance réelle entre le Strip et l’agglomération végasienne. En résultent une transformation de l’expérience urbaine devenue produit touristique qui fragilise la cohésion urbaine dans son ensemble. L’insularité du Strip interroge les transformations de la ville américaine contemporaine et pose la question d’une possible remise en cause de l’ordre urbain.