Archives du mot-clef espace urbain



Les acteurs locaux aux prises avec l’injonction paradoxale de la mixité sociale à l’école

L’émergence du credo de la mixité sociale à l’école est concomitante de transformations de la sphère éducative : émergence d’un libre choix de l’école, accroissement des logiques concurrentielles, responsabilisation accrue des acteurs locaux. L’article montre que, sous couvert de promotion des élèves de milieux populaires dans les établissements les plus « attractifs », le credo de la mixité sociale contribue à reproduire le schème de la méritocratie scolaire. Le renvoi de la responsabilité de la mixité sociale aux acteurs locaux, s’il donne lieu à des réalisations institutionnelles modestes, contribue au renforcement des dispositifs de normalisation des classes populaires. Le credo de la mixité sociale à l’école ne remet ainsi pas en cause les inégalités structurelles devant l’école ainsi que les stratégies d’entre-soi scolaire des classes moyennes et supérieures.

Observation photographique : disqualification et requalification de l’espace et des personnes

Dans une enquête visant à mieux comprendre la production de la propreté des rues, nous avons envisagé les déchets et les salissures comme des traces dont l’observation directe et systématique, par un dispositif photographique, devait nous permettre de reconstruire la production. Les réactions récurrentes des passants et des riverains des rues où nous enquêtions, aux moments des prises de vues, ont été l’occasion d’une expérience imprévue qui nous a permis de prendre conscience du caractère fortement disqualifiant de notre dispositif d’observation. Pour rendre compte de cette situation, cet article se tourne vers la phénoménologie et plus particulièrement vers les analyses du regard par Sartre et Marion qui, complétant les textes de Simmel, Sudnow ou Goffman, nous permettent de saisir comment l’espace des sujets regardés est qualifié (ou disqualifié) en même temps qu’eux.