Archives du mot-clef enfants



L’acquisition de la motilité au sein des familles. État de la question et hypothèses de recherche

Le capital de mobilité ou « motilité » est une dimension essentielle de l’insertion sociale dans les sociétés de la modernité avancée, confrontées à une multiplication des manières de se déplacer dans le temps et l’espace, donc d’assurer la coprésence des êtres ou des acteurs. Il y a actuellement choix stratégiques et distinction des mobilités là où il y avait autrefois contrainte spatiale. Partant du postulat que la motilité est un bon analyseur des logiques d’action, arbitrages et contraintes présidant à la fréquentation de l’espace, nous entendons montrer que loin d’être une caractéristique purement individuelle, dépendant essentiellement de stratégies ou de compétences innées, elle se construit dans le cadre familial, et de ce fait répond aux logiques présidant au fonctionnement et aux structures de celui-ci. Après avoir présenté le concept de motilité et illustré ses implications pour la vie familiale et ses inscriptions spatiales, nous nous intéresserons à l’effet des structures et des fonctionnements familiaux sur l’acquisition de la motilité et sur le départ du domicile parental, pour terminer par une exploration des liens existant entre la localisation résidentielle et l’acquisition de la motilité et les tensions que ces liens peuvent produire entre le contexte résidentiel et les fonctionnements familiaux. En conclusion, nous reviendrons sur les espaces de la famille à la lumière des recherches.

Une lecture des espaces pour lire les liens fraternels

La spécificité des fratries recomposées permet d’appréhender le fraternel en pensant les relations fraternelles au-delà de la germanité. La particularité de la fratrie recomposée, coprésence de germains et/ou de demis et/ou de quasis, se trouve dans l’affaiblissement du degré de consanguinité et dans le renforcement de la dimension de corésidence. Dans ce type d’ensemble fraternel, la corésidence est centrale car elle devient l’élément commun à tous les enfants.
Des espaces de l’enfant proprement dit aux espaces de la famille dans son ensemble, la fratrie recomposée se décline en plusieurs lieux dont elle modifie l’organisation et l’appréhension en fonction de ses variations. Au sein des interactions, de ce qui fait être frère et soeur, se construisent, se confortent, et se reconfigurent des manières d’être ensemble et des modes de co-existence.