Archives du mot-clef apprentissage



Hip-Hopéra, trois paradoxes et un lieu

« Hip-Hopéra » est le nom d’un événement culturel. Né d’un concoursde logiques et de circonstances, il est foyer de convergence d’une dynamique associative, d’une architecture multiplement habitée et investie, et du fonctionnement d’une institution : l’Opéra national de Lyon. De ces facteurs hétérogènes surgissent de multiples contradictions qui trament les utilisations, appropriations et significations d’un lieu : le parvis de l’opéra de Lyon. L’événement Hip-Hopéra a créé l’une de ces composantes nécessaires à laproduction de liens : la proximité entre des groupes, à distance suffisante pour qu’ils puissent au moins s’observer sans malveillance. Le prestige de l’Opéra et la force de ce lieu, riche de significations, ont suscité, en tant qu’espace-cadre, des significations partagées. C’est donc bien le lieu, plusque l’événement, qui est actant : il participe intrinsèquement des liens, pourautant qu’il en est lieu d’être.

À quoi sert l’expérience des autres ? ” Bonnes pratiques ” et innovation dans l’aménagement urbain

Cet article aborde la circulation des modèles urbains en s’intéressant à la rationalité de ceux qui s’y référent quand ils élaborent des projets d’aménagement urbain. En effet, labelliser, capitaliser et diffuser les « bonnes pratiques » ne dit rien sur ceux qui les utilisent, comment et pour en faire quoi. Pourtant, le recours aux expériences des autres est une démarche ordinaire des acteurs opérationnels de l’urbanisme.
Deuxième point, s’appuyant sur les théories de l’innovation et une analyse empirique des pratiques, l’article souligne l’ambiguïté de la relation entre innovation et exemplarité. Enfin, il s’intéresse aux mécanismes de circulation des modèles dans un contexte d’innovation. Soulignant leur diversité, y compris au cours d’un même projet, il met en évidence un processus d’apprentissage et de production de connaissances. Il montre enfin comment le référent territorial joue un rôle déterminant dans l’exploration et l’évaluation des expériences « étrangères ».