Imprimer

N° 140-141 : Paradoxes de la mixité sociale

 

Le terme de « mixité sociale » est à la mode. En France comme à l’étranger, il émaille les discours et propositions des « décideurs » urbains locaux et nationaux. C’est une notion vide de sens pour les uns, car elle peut désigner tout et son contraire. Pour les autres, elle est un outil pour lutter contre les ghettos urbains. Ce numéro présente la situation à Boston, Londres et Montréal ; il tente aussi un bilan de la loi française Solidarité et renouvellement urbains au bout de dix ans. Il pose la question : « la mixité sociale telle qu’elle est pratiquée en France viendrait-elle paradoxalement renforcer le ghetto ? ».

I. PARADOXES DE LA MIXITÉ SOCIALE

 

II – HORS DOSSIER

 

III. NOTES DE LECTURES

Compte rendu thématique

Maurice Blanc, « Le ghetto en France : la fin d’un tabou »

  • Didier Lapeyronnie, Ghetto urbain. Ségrégation, violence, pauvreté en France aujourd’hui
  • Loïc Wacquant, Parias urbains. Ghetto, Banlieues, État
Recensions d'ouvrages
  • Romain Graëffly, Logement social et politique de non-discrimination en Europe
  • Marion Carrel, Catherine Neveu et Jacques Ion, Les intermittences de la démocratie
  • Catherine Bonvalet et Jim Ogg, Les baby-boomers : une génération mobile
  • Florence Bouillon, Les mondes du squat
  • Emilio Duhau y Angela Giglia, Las reglas del desorden: habitar la metrópoli
  • Philippe Hamman (sous la dir. de), Penser le développement durable urbain : regards croisés
  • Lieux communs, Cahiers du LAUA, n° 11.
  • Hacène Belmassous, Le nouveau bonheur français ou le monde selon Disney
  • Alain Bourdin et Robert Prost (sous la dir. de), Projets et stratégies urbaines, Regards comparatifs
  • Laurence Costes, Henri Lefebvre. Le droit à la ville. Vers la sociologie de l’urbain

 

 

 


Imprimer