Imprimer

N° 131 : Villes et « best practices »

 

Comment faire face à la complexité de la gestion des territoires, dans un monde de plus en plus urbanisé, dans un contexte pressant d’internationalisation, et avec des injonctions presque contradictoires entre compétitivité des villes et accroissement des populations exclues des aménités urbaines ? Les réponses sont multiples. Comme dans les autres secteurs dit du « développement », fleurissent aujourd’hui les « best practices », au Nord comme au Sud. Très médiatisées, ces pratiques sont largement diffusées, notamment par les organisations internationales. Ce numéro rentre dans la « cuisine » de ces bonnes pratiques et explore ce qu’elles apportent réellement une fois mises en oeuvre, et quelles en sont les limites comme les risques.

I. Villes et « best practices »

 

II – HORS DOSSIER

 

III. NOTES DE LECTURES

Compte rendu thématique

Jean-Pierre Garnier, « Société vulnérable ou population vulnérable ? Un débat biaisé »

  • Jérôme Ferret, Christian Mouhanna (sous la direction de), Peurs sur les villes. Vers un populisme punitif à la française ?
  • Olivier Hassid, La société vulnérable. Criminalité, terrorisme et insécurité en Europe
  • Jean-Marc Fédida, L'horreur sécuritaire. Les trente honteuses
  • Hanna Laville (coordonné par), Résister au sécuritaire : dérives sécuritaires dans les quartiers populaires
  • Bernard Harcourt, L'illusion de l'ordre. Incivilités et violences urbaines : tolérance zéro ?
Recensions d'ouvrages
  • Danièle Voldman, Fernand Pouillon, architecte
  • Jean Remy, Louvain-la-Neuve, une manière de concevoir la ville
  • Henri-Pierre Jeudy, Un sociologue à la dérive. Chronique d’un village
  • Roselyne de Villanova, Geneviève Vermès (sous la direction de), préface de François Laplantine, Le métissage interculturel. Créativité dans les relations inégalitaires
  • Roberto Camagni, Denis Maillat, Milieux innovateurs–Théorie et politiques
  • Raymonde Séchet, Vincent Veschambre (sous la direction de), Penser et faire la géographie sociale. Contributions à une épistémologie de la géographie sociale

 

 

 


Imprimer