Imprimer

Parutions 2003

 

 

N° 112 : Ville et Démocratie

Pour les optimistes, la " gouvernance urbaine " permet un renouveau de la démocratie dans les grandes villes ; mais la réalité est plus complexe. Si la décentralisation vise à rapprocher le décideur du citoyen, les " monarchies municipales " résistent bien. De plus, dans les métropoles, les municipalités perdent de larges pouvoirs, au profit d'une " technostructure " intercommunale. Que devient alors la démocratie dans la ville ? La loi française de 2002 sur " la démocratie de proximité " marque-t-elle une avancée ou un recul de la participation active des citoyens aux affaires de leur Cité ? Espaces et Sociétés apporte des réponses qui articulent deux niveaux : l'analyse de quelques expériences de participation, formalisées ou spontanées, à Bruxelles, à Lyon, dans les bidonvilles de Tanger ainsi que dans le tri des déchets et la gestion de l'eau ; un bilan critique des théorisations récentes de la démocratie, celles de Jürgen Habermas et de Michel Callon notamment. Ce dossier montre aussi que la ville de l'âge démocratique remplit trois fonctions essentielles : l'intégration, l'émancipation et la promotion. " L'air de la ville rend libre " écrivait Max Weber. La ville est donc indissociable de la démocratie. Affaire à suivre…
 

I – Ville et Démocratie

 

II – HORS DOSSIER

 

III. NOTES DE LECTURES

 

N° 113-114 : Architecture et habitat dans le champ interculturel

De la colonisation à la " mondialisation ", les contacts entre culture dominante et culture dominée, culture savante et culture populaire ont le plus souvent été appréhendés sur le mode de l'unilatéralité. C'est là méconnaître la réciprocité des influences qui, en dépit de rapports inégalitaires entre groupes ou sociétés, peut parfois donner lieu à des processus d'hybridation créative participant au renouvellement des modèles culturels. Le phénomène a déjà été souligné dans le champ artistique. Il reste encore peu étudié dans le domaine des formes architecturales. C'est à combler cette lacune que ce numéro devrait contribuer. Dès que le regard se porte sur les relations entre cultures, le flou semble de mise : " multiculturalisme ", " métissage ", " cosmopolitisme " sont invoqués, souvent à tort et à travers, pour rendre compte de l'irruption de l'altérité dans des sociétés dont l'identité avait longtemps été indexée sur l'homogénéité. Il s'agira donc, tout d'abord, de clarifier le sens des notions utilisées à propos de ces interactions entre cultures de statut inégal, du point de vue de la transformation de l'espace habité. D'autres articles montreront ensuite dans quelle mesure, selon quelles modalités et avec quels effets, les processus interculturels pouvaient remodeler le bâti selon les contextes socio-historiques et les aires géographiques. À l'encontre du cliché qui place la relation des habitants des communautés dominées sous le signe de la soumission et de l'imitation, on verra que ceux-ci se livrent avec inventivité à de multiples réappropriations et détournements des modèles dominants, conjuguant ainsi l'adaptation à la " modernité " et la préservation de leur identité.
 

I – Architecture et habitat dans le champ interculturel

 

II – HORS DOSSIER

 

III. NOTES DE LECTURES

Comptes rendus thématiques

Maurice BLANC, « La sociologie urbaine au miroir de ses manuels »

  • Maïté CLAVEL, Sociologie de l'urbain
  • Yankel FIJALKOW, Sociologie de la ville
  • Anne RAULIN, Anthropologie urbaine
  • La rue et la gare quel devenir pour la ville ? (Jean REMY)
  • Jean-Loup GOURDON, La rue : essai sur l'économie de la forme urbaine (préface de Françoise CHOAY)
  • Isaac JOSEPH, Villes en gares
  • Ville et monumentalité (Françoise NAVEZ-BOUCHANINE)
  • Ville et monument, L'Homme et la société
  • Monument et ville, L'Homme et la société
Recensions d'ouvrages
  • Catherine BIDOU-ZACHARIASEN (sous la dir.), Retours en ville
  • Gérard BAUDIN et Philippe GENESTIER (éds), Banlieues à problème. La construction d'un problème social et d'un thème d'action publique
  • Françoise NAVEZ-BOUCHANINE, Les interventions en bidonville au Maroc. Une évaluation sociale
 

N° 115 : Ambiances et espaces sonores

Ce dossier d'Espaces et Sociétés a pour but de faire connaître des travaux de sociologie, de psychosociologie, d'architecture, d'urbanisme, de géographie urbaine sur le bruit, et en fait plus largement sur les ambiances et les espaces sonores, puisque nous nous sommes réunis dans un commun refus de réduire le bruit, à sa dimension négative. Cette attitude scientifique est sans doute choquante pour ceux qui interviennent sur les plaintes et la gêne, tant la difficulté à apporter satisfaction aux victimes du bruit est grande et fréquente. Elle suscite même un débat plus large, en s'éloignant de l'approche scientifique privilégiée par les administrations, en France et en Europe : celles-ci ont tenté d'objectiver la gêne en privilégiant la dimension acoustique du bruit, et elles ont cherché à relier les durées et intensités sonores à des réactions sensorielles, à des effets sur la santé (au sens large), et à des incidences économiques (dévalorisation de l'immobilier). Les lectures diverses du phénomène sonore dans sa diversité (voisinage, routes, avions) et dans son épaisseur historique, donnent à penser qu'il faudrait pour le moins construire une représentation plus qualitative et plus partagée de la gêne sonore.
 

I. AMBIANCES ET ESPACES SONORES

 

II – HORS DOSSIER

 

III. NOTES DE LECTURES

Recensions d'ouvrages
  • Pierre Lassave, Sciences sociales et littérature, concurrence, complémentarité, interférences
  • François Tomas (coordonateur), Espaces publics, architecture et urbanité de part et d'autre de l'Atlantique
  • Michel Peraldi (dir.), La fin des Norias ? Réseaux migrants dans les économies marchandes méditerranéennes
  • Jocelyne Cesari (dir.), La Méditerranée des réseaux-marchands, entrepreneurs et migrants entre l'Europe et le Maghreb

 

 

 

 

 

 


Imprimer