Imprimer

N° 110-111 : La place de l’animal

 

Quelle est la place de l’animal ? Ce n’est pas en termes métaphoriques que ce numéro d’Espaces et sociétés pose la question. Il s’agit bien de savoir où il est, ou plus exactement où on le met : à la campagne, dans la nature, dans un parc, à la niche… ?
La distinction entre l’Homme et l’animal suppose ou exploite une frontière, qui délimite l’espace de l’un et de l’autre, en même temps qu’elle établit ou garantit leur identité respective et leur différence. Les transgressions de cette frontière, par exemple quand les loups réinvestissent nos montagnes ou quand les oiseaux pullulent dans nos villes, suscitent des conflits – moins sans doute entre les Hommes et les animaux (qui n’ont guère la parole !) qu’entre les Hommes à propos des animaux.
Si le lieu attribué à l’animal participe de sa définition, les lieux sont aussi qualifiés par la faune qui leur est attribuée. Le parc naturel, la campagne, le jardin zoologique et même le cyberspace se caractérisent pour partie par les animaux qui y ont leur place.
À un moment où la distinction entre l’Homme et l’animal est de tous côtés questionnée, leur cohabitation pose des difficultés aussi bien théoriques que pratiques, et constitue un enjeu de société. L’hypothèse qui fonde ce numéro spécial est que l’espace n’est pas un contenant neutre dans lequel l’Homme et l’animal sont placés, mais qu’il est impliqué dans la différenciation entre l’un et l’autre. On produit de l’animal(ité) avec l’espace, et on produit de l’espace avec l’animal(ité).

Doit-on rappeler, pour souligner l’importance de ces questions, que, s’interroger sur la (juste) place de l’animal, c’est en creux questionner celle de l’Homme, dans l’espace et parmi les espèces vivantes ?

I – La place de l'animal

 

L'animal, le lieu, le spectacle

 

L'Homme, l'Animal et leurs territoires

 

Que faire de l'animal ?

 

II – HORS DOSSIER

 

 

 


Imprimer