Imprimer

N°164 - 165 : L'observation et ses angles



Observation photographique : disqualification et requalification de l’espace et des personnes

par Christian Guinchard

Dans une enquête visant à mieux comprendre la production de la propreté des rues, nous avons envisagé les déchets et les salissures comme des traces dont l’observation directe et systématique, par un dispositif photographique, devait nous permettre de reconstruire la production. Les réactions récurrentes des passants et des riverains des rues où nous enquêtions, aux moments des prises de vues, ont été l’occasion d’une expérience imprévue qui nous a permis de prendre conscience du caractère fortement disqualifiant de notre dispositif d’observation. Pour rendre compte de cette situation, cet article se tourne vers la phénoménologie et plus particulièrement vers les analyses du regard par Sartre et Marion qui, complétant les textes de Simmel, Sudnow ou Goffman, nous permettent de saisir comment l’espace des sujets regardés est qualifié (ou disqualifié) en même temps qu’eux.

Mots-clefs : , , , ,

consulter l'article en ligne

N°164 - 165 : L'observation et ses angles


Imprimer