Imprimer

N° 160 – 161 (1-2/2015) : Les échelles de la gestion territoriale



Quand l’histoire orale s’invite dans la gestion de l’eau. L’espace irrigué de Kerma (Tunisie)

par Jeanne Riaux, Marie Giraldi et Habiba Nouri

Les expériences de transfert de la gestion de l’eau, de l’État vers les usagers, rencontrent des difficultés qui échappent aux analyses techniques et agro-économiques. À travers le cas de la région de Kairouan en Tunisie, cet article mobilise l’histoire racontée localement, pour réinterpréter les dysfonctionnements contemporains d’un périmètre irrigué. Relatant une succession de dépossessions, l’histoire orale explique une partie des revendications actuelles des populations, notamment celle d’avoir accès à plus d’eau. Les prises d’eau illicites qui perturbent le partage de l’eau sont vues comme une adaptation des populations à des évolutions imposées de l’extérieur et compensant des droits perdus au cours de l’histoire. Dans le contexte politique actuel, favorable à la (re)construction du dialogue entre administration et populations rurales, l’histoire orale peut jouer un rôle important.

Mots-clefs : , , , ,

consulter l'article en ligne

N° 160 – 161 (1-2/2015) : Les échelles de la gestion territoriale


Imprimer