Imprimer

N°159 : L’université : retour à la ville



Les écarts sociaux de recrutement des universités d’Île-de-France : un processus de ségrégation ?

par Leïla Frouillou

Cet article interroge le rôle de la division sociale de l’espace résidentiel étudiant dans la genèse d’écarts sociaux de recrutement entre les seize universités publiques franciliennes. Des entretiens auprès d’étudiants inscrits à Paris 1 (Paris) et Paris 8 (Saint-Denis) soulignent les dimensions spatiale (distance), relationnelle (effet de pairs), et institutionnelle (sectorisation) qui font jouer la localisation résidentielle dans l’inscription à l’université. Outre cette importance de la distance dans les recrutements, associée à la localisation des sites dans des espaces sociaux contrastés, de tels écarts entre universités s’expliquent par une différenciation du rapport à l’espace local dans les arbitrages étudiants (évitement). Ce « sens du placement universitaire », qui s’appuie sur des capitaux sociaux et scolaires en évolution, permet d’interroger, par analogie avec les travaux sur l’enseignement secondaire, l’existence d’une « ségrégation universitaire » en Île-de-France

Mots-clefs : , , , ,

consulter l'article en ligne

N°159 : L’université : retour à la ville


Imprimer