Imprimer

N° 156 - 157 (1-2/2014) : Où est passé le peuple ?



comment étudier les classes populaires aujourd’hui ? Une démarche d’ethnographie comparée

par Collectif Rosa Bonheur (Anne Bory, José Angel Calderon, Valérie Cohen, Blandine Mortain, Séverin Muller, Juliette Verdière, Cécile Vignal)

Depuis la fin des années 1970, le modèle de développement économique néolibéral a entraîné le délitement de la société salariale, affectant directement le quotidien des classes populaires. Nous proposons dans cet article des éléments d’analyse issus d’une enquête collective en cours qui réunit trois équipes, en France, en Espagne et en Argentine, autour de préoccupations communes pour les reconfigurations des classes populaires, et de la volonté de s’y intéresser empiriquement. Nous explicitons d’abord le parti pris d’une analyse territorialisée et s’attachant aux pratiques ordinaires. Puis nous proposons quelques pistes de réflexion à partir des résultats intermédiaires de l’enquête en cours, organisés selon deux échelles d’analyse : l’échelle du territoire, qui permet de s’attacher au passage d’une territorialité ouvrière à une territorialité populaire, et celle des tensions entre l’autonomie et la dépendance expérimentées par les classes populaires.

Mots-clefs : , , , , , , ,



N° 156 - 157 (1-2/2014) : Où est passé le peuple ?


Imprimer