Imprimer

N° 154 : Minorités, métropoles, mondialisations



« Des tambours sur les murs » : la mise en image des Afro-descendants de Montevideo

par Ariela Epstein

Le candombe est un rythme, une danse et un défilé, une pratique fondée par les esclaves noirs et leurs descendants, à Montevideo. Le candombe fut longtemps la seule forme de visibilité de la minorité afro-uruguayenne. Divers processus, institutionnels et populaires, lui donnent aujourd’hui de nouvelles dimensions. Différents types d’inscriptions murales associées au candombe sont apparus depuis la fin des années 1990 (peintures murales, graffitis, pochoirs) ; à travers elles, nous envisageons la place sociale et culturelle de la minorité noire, question complexe et dynamique. Sur les murs, la représentation hétérogène de la culture du candombe, à la fois légitime et transgressive, maintient et transcende son origine ethnique. Les murs sont l’espace où s’expose une communauté qui lutte pour sa reconnaissance et une pratique culturelle populaire, appropriée par tous ; c’est aujourd’hui une spécificité de Montevideo.

Mots-clefs : , , , ,

consulter l'article en ligne

N° 154 : Minorités, métropoles, mondialisations


Imprimer