Imprimer

N° 152 - 153 : Aléas de la patrimonialisation urbaine



Cités ouvrières et patrimonialisation : d’un modèle à ses multiples transformations

par François DUCHÊNE, Julien LANGUMIER et Christelle MOREL JOURNEL

Le texte montre les tensions patrimoniales autour d’un objet hybride, produit par des logiques industrielles et résidentielles : les cités ouvrières. La complexité des dynamiques de patrimonialisation de ces ensembles immobiliers, issus du modèle paternaliste nourri d’hygiénisme et d’expériences coloniales, s’explique par le développement de l’urbanisation, l’évolution des populations résidentes, les processus de valorisation foncière et de gentrification et aussi par l’actualisation de conflits de classes portant notamment sur les modalités d’appropriation de l’espace. Les enquêtes conduites dans des cités ouvrières en régions lyonnaise et stéphanoise montrent que la question patrimoniale ne va pas de soi puisqu’elle n’y est parfois tout simplement pas posée. Portant sur les modes d’appropriation de l’espace ou sur le projet patronal initial, les intentions patrimoniales divergent par ce qu’elles choisissent de valoriser : les lieux, les pratiques sociales et culturelles du milieu ouvrier, la propriété, etc. Par leur diversité, elles mettent au fond en exergue l’incompatibilité entre les modes d’habiter et le projet fonctionnaliste initial.

Mots-clefs : , , , ,

consulter l'article en ligne

N° 152 - 153 : Aléas de la patrimonialisation urbaine


Imprimer