Imprimer

N° 99 : La nature et l'artifice



Haine de la matière, haine du réel. Le thème de la “nature artificielle” dans les romans d’anticipation.

par Bernard Poche

Si l’on considère que les romans dits “d’anticipation” traduisent, de manière plus ou moins consciente, certaines des représentations sociales du monde de leur époque relues à travers l’imaginaire de leur auteur (et non, comme la science-fiction, une vision purement fantastique), ils représentent une approche expérimentale du rapport entre le monde physique (la “nature”) et son artificialisation par les progrès de la science. Ils nous montrent en effet un monde totalement libéré des contraintes matérielles et même, dans un premier temps au moins, des tensions sociales et interpersonnelles, où l’objectif poursuivi est le confort maximum et l’amour réciproque, dégagé des violences de la passion. Cet hyperrationalisme social, qui traduit une véritable haine de la matérialité et une défiance totale des réactions affectives spontanées, présente de troublantes analogies avec l’idéologie actuelle de la démocratie mondialisée.

consulter l'article en ligne

N° 99 : La nature et l'artifice


Imprimer