Imprimer

I – La place de l'animal



Polémique autour du projet de zonage, appliqué à la gestion des loups dans l’arc alpin français.

par Sophie BOBBÉ

Le maillage environnemental du territoire français débute dans les années 1960 en pleine période de politique d’intensification agricole. Concomitamment à l’apparition progressive d’une mosaïque de territoires protégés, se met en place une politique de soutien au pastoralisme avec sa cohorte de mesures agri-environnementales. Il s’agit alors d’inscrire les activités agropastorales dans une politique de restauration, de protection et de production de la biodiversité. L’arrivée de loups italiens prend place dans ce contexte. Tandis que s’aiguisent les tensions, les conflits entre défenseurs et détracteurs du loup donnent lieu à manifestations, débats publics et commissions d’enquêtes. Des études et expertises sont effectuées : un projet de zonage est lancé. Examiner la logique inhérente à ce projet, les enjeux qui le sous-tendent et les positions des différents acteurs concernés impose de mettre au jour le découpage de l’espace au regard des activités humaines (essentiellement pastorales) et de la place dévolue (ou que l’on envisage de réserver) à Canis lupus, espèce protégée toujours symboliquement associée, en tant que dévorateur, à la rupture du lien social.

consulter l'article en ligne

I – La place de l'animal


Imprimer