Imprimer

I – La place de l'animal



Le contexte spatial de l’authenticité des animaux.

par Unna LASSITER

De récents travaux en géographie ont étudié le rapport entre les attitudes adoptées à l’égard des animaux et les lieux où celles-ci se développent. Je souhaite ici démontrer l’importance qu’il faut accorder au facteur “lieu” lorsqu’on considère les multiples contextes qui façonnent l’authenticité, en examinant les institutions animalières. En effet, ces lieux transmettent des systèmes de représentation qui peuvent être acceptés, contestés ou rejetés par le public, avec des répercussions pour ces institutions, les animaux qui y sont montrés, et même les animaux en général. Des spécialistes de faune marine en Californie (sauvage et captive) estiment que leurs problèmes de communication les plus importants viennent des organisations intéressées au bien-être et aux droits des animaux. En effet, bien qu’elles ne soient pas conformes aux normes scientifiques, ces organisations proposent une représentation des animaux qui séduit mieux le public. Ceci montre à quel point l’authenticité assignée aux animaux varie selon les différences de représentation et des conflits. Cet article propose une typologie pour mieux expliquer comment nos idées sur la nature et la culture façonnent le contexte dans lequel certains animaux, dans certains endroits, sont considérés comme étant plus ou moins authentiques. Cette recherche puise sa source dans le travail de James Clifford (1990) sur la construction sociale de l’authenticité et le goût critique dans les arts.

consulter l'article en ligne

I – La place de l'animal


Imprimer