Imprimer

I – La place de l'animal



Humains et goélands : interactions et conflits de proximité en Languedoc-Roussillon.

par Christelle GRAMAGLIA

Avec les goélands, ce n’est plus l’image d’une nature bienfaisante qui s’offre à nous, mais bien des phénomènes naturels inattendus et mal maîtrisés, générateurs de nuisances potentielles. Le goéland leucophée, comme d’autres espèces animales, a profité de certains déséquilibres provoqués par les activités humaines. Le taux de croissance de ces grands oiseaux a considérablement augmenté, au point de susciter l’inquiétude des ornithologues et l’indignation d’autres acteurs, usagers des mêmes territoires. La liste des désagréments est longue, même si leur ampleur n’est pour le moment pas très importante. Cet article insiste sur l’attachement des différents acteurs aux territoires qu’ils habitent et sur les facteurs comme la mobilité qui influencent directement la perception des nuisances et les possibles modes locaux de règlement des conflits.

consulter l'article en ligne

I – La place de l'animal


Imprimer