Imprimer

N° 115 : Ambiances et espaces sonores



Trois utopies sonores pour la ville contemporaine

par Olivier BALAY

Aujourd’hui, les bâtisseurs s’interrogent sur le paysage sonore de la ville, sur la sensibilité sociale aux phénomènes audibles et sur les rapports à faire renaître entre l’acoustique, l’architecture et l’urbanisme. Or cette attention portée à la qualité de l’audible n’est pas nouvelle. Les visionnaires du début de l’ère urbaine industrielle avaient déjà imaginé de nouveaux univers sonores, donnant leurs sources d’inspiration, leurs critères de confort acoustique, disant aussi leur croyance en la puissance de récollection par les sons. Trois textes nous ont permis de découvrir tous ces aspects : un texte de Louis Sébastien Mercier – un rêve plutôt – sur Montmartre en l’an 2440 tel qu’il l’imaginait en l’an VII (1798), un texte de C. N. Ledoux sur les lieux en partie construits d’Arc-et-Senans (1804), enfin, dans un texte de 1826, on verra comment Charles Fourier présentait l’organisation sonore de son Phalanstère à partir de l’observation critique des phénomènes sonores de son époque.

consulter l'article en ligne

N° 115 : Ambiances et espaces sonores


Imprimer