Imprimer

N° 112 : Ville et Démocratie



La participation paradoxale : “geste citoyen” et “parole citoyenne” dans la gestion locale de l’environnement.

par Rémi BARBIER et Virginie WAECHTER

La commune se présente comme le niveau “naturel” d’exercice de la démocratie, pour la proximité entre les élus et la population. La réalité est plus complexe : le fonctionnement concret du système local débouche sur le paradoxe d’une “démocratie sans les citoyens”. Un deuxième paradoxe est lié au développement des dispositifs de participation de l’usager-citoyen à la gestion municipale. Le processus a une visée pragmatique et gestionnaire et il peut conduire à la mise en débat de la gestion publique. Nous examinons le “geste citoyen”, visant à transformer l’usager en “producteur-trieur de déchets”, et la “parole citoyenne”, initiée dans le cadre des commissions consultatives des services publics locaux. La pérennisation du “geste citoyen” réclame des justifications, ouvrant un espace potentiel de discussion. La “parole citoyenne” ne peut être entretenue qu’en s’interrogeant sur elle-même, ce qui peut déboucher sur des demandes de mise en débat de la gestion municipale.

consulter l'article en ligne

N° 112 : Ville et Démocratie


Imprimer