Imprimer

N° 116-117 : Habiter sans logis



Sur les traces des sans-abri. Le cas exemplaire de Joan

par Sophie ROUAY-LAMBERT

Cet article présente le cheminement d’un sans-abri dans un quartier parisien. Il semble posséder ce que la société considère comme essentiel à une vie « normale et intégrée » (logement, revenus, lien familial). Le comportement de fuite en avant permet de comprendre ce qu’il dit être son « choix de vie ». La succession de traumatismes et de ruptures l’a poussé à adopter ce comportement de protection, le contexte de contraintes qu’offre la rue lui permettant de se projeter dans un ailleurs. On observe la vie à la rue au quotidien, en termes de pratiques sociales et de relations humaines : ajustement identitaire (Goffman), valorisation de la situation (Vexliard), négociation de sa place (Strauss), et en termes de pratiques spatiales, vécues comme une atteinte à l’image de soi que le sans-abri tente de maintenir.

Mots-clefs : , , , ,

consulter l'article en ligne

N° 116-117 : Habiter sans logis


Imprimer