Imprimer

N° 116-117 : Habiter sans logis



Mettre les questions à la question. Travail de terrain et raisonnement sur les « sans-logis »

par Patrick GABORIAU

Définir, classer et compter sont les orientations majeures des recherches sur les personnes sans logis. Les enquêtes de l’INED et de l’INSEE répondent au désir politique de dénombrer les populations à la rue. Elles ne prennent en compte ni les « gens à la rue » des villes de moins de 20 000 habitants, ni les étrangers ne parlant pas français, ni les personnes à la rue ne fréquentant pas les centres d’accueil, c’est-à-dire la « population » véritablement à la rue, sans lien avec des associations. Contrairement à ce que dit la presse, ces chiffres ne correspondent pas aux « SDF ». Quelles sont les fonctions de ce questionnement statistique qui élude les valeurs des gens à la rue ? Le chercheur doit construire sa problématique. La pauvreté est un enjeu social, son analyse un rapport de force où il faut questionner les questions.

Mots-clefs : , , , ,

consulter l'article en ligne

N° 116-117 : Habiter sans logis


Imprimer