Imprimer

N° 122 : Le sens des formes urbaines



Formes urbaines et significations : revisiter la morphologie urbaine

par Albert LÉVY

Cet article reprend le questionnement de Ledrut sur le rapport entre la forme et le sens, dépassant ainsi les apories de la morphologie urbaine (réduction de la forme au tissu urbain et sectorisation des diverses). La forme urbaine complexe résulte des interrelations systémiques de cinq registres de forme (tissu, tracé, paysage, forme sociale, forme bioclimatique) dotés d’un sens spécifique. A contrario de l’approche morphogénétique qui met l’accent sur la continuité dans l’évolution de la forme urbaine, des discontinuités scandent les grandes périodes morphologiques et historiques. Ces discontinuités sont étudiées avec la « méthode idealtypique» de Weber, telle qu’il l’a appliquée à l’analyse de la ville, et avec la notion de « coupure épistémique » de Foucault, qui rejette le développement linéaire du savoir. Ces discontinuités sont illustrées sur le cas parisien, à partir d’une périodisation morphologique : ville antique (Lutèce), ville préindustrielle (médiévale et classique), ville industrielle (haussmannienne et moderne), ville postindustrielle. Tout changement de taille et d’échelle dans la croissance engendre une mutation de la forme avec la définition d’une nouvelle grammaire urbaine. Cet ensemble hypothèses, à partir d’une recherche en cours, permet de « revisiter » la morphologie urbaine comme théorie de la forme urbaine.

Mots-clefs : , , , ,

consulter l'article en ligne

N° 122 : Le sens des formes urbaines


Imprimer