Imprimer

N° 134 : Repenser l'espace et le politique



Sécurité et gouvernance flexibleà Johannesburg et au Cap : légiférer pour gouverner ?

par Claire BÉNIT-GBAFFOU et Marianne MORANGE

Depuis l’abolition de l’apartheid, les montages sécuritaires locaux prolifèrent au Cap et à Johannesburg. Ils reposent sur des partenariats très variés entre pouvoirs publics et acteurs non étatiques. Or les premiers hésitent à légiférer et font, en la matière, des choix instables dans le temps et différenciés dans l’espace métropolitain. Notre hypothèse est que cela reflète une redéfinition de la nature du pouvoir de l’État et de son rapport à l’espace métropolitain : il choisit une «gouvernance flexible», forme de domination par la «fluidité» spatiale et temporelle en réponse à l’instabilité des alliances politiques, aux conflits sur l’échelle de gouvernance urbaine et ce pour assurer la territorialisation de politiques urbaines néolibérales.

Mots-clefs : , , ,

consulter l'article en ligne

N° 134 : Repenser l'espace et le politique


Imprimer