Imprimer

N° 140-141 : Paradoxes de la mixité sociale



Mixité sociale ou inclusion sociale ? Bricolages montréalais pour un jeu à acteurs multiples

par Annick GERMAIN, Damaris ROSE et Amy TWIGGE-MOLECEY

L’histoire de la mixité sociale comme catégorie d’action publique dans les politiques de logement à Montréal (province du Québec, Canada) peut être lue à travers des projets exemplaires et des moments phares, qui l’incarnent à des échelles spatiales différentes. À chaque fois cependant, la mixité sociale apparaît plus comme le résultat d’un bricolage où interviennent plusieurs acteurs autour de l’enjeu du logement social que comme une politique top down. Elle est aussi davantage associée aux statuts d’occupation (propriété, location) qu’à des préoccupations de cohésion sociale. Les HLM, les coopératives et le logement abordable y jouent un rôle-clé. Enfin, elle se déploie aujourd’hui sur le registre de l’équité socio-spatiale et repose fortement sur le dynamisme et l’influence des organismes communautaires.

Mots-clefs : , , , ,

consulter l'article en ligne

N° 140-141 : Paradoxes de la mixité sociale


Imprimer