Imprimer

N° 132-133 : La gentrification urbaine



Le permis de location en Belgique. Du risque d’effet pervers en germe dans une mesure à visée sociale

par Nicolas BERNARD

Subordonnant le maintien et la mise en location de certains types de biens (particulièrement sujets à la dégradation) à la satisfaction préalable d’exigences de qualité, le permis de location poursuit l’objectif méritoire d’améliorer les conditions de vie des habitants. Associée cependant à des standards de salubrité exagérément élevés, la mesure entraîne l’expulsion de nombreuses familles pauvres ; celle-ci peut faire suite à l’augmentation des loyers rendue nécessaire pour financer les opérations de remise en état ou, en l’absence de tels travaux, devenir inévitable si les autorités décident de prendre un arrêté d’inhabitabilité à titre de sanction. Par ailleurs, il ne pèse sur la puissance publique aucune obligation effective de relogement à l’égard des populations précarisées qu’elle force ainsi à quitter les lieux.

Mots-clefs : , , , ,

consulter l'article en ligne

N° 132-133 : La gentrification urbaine


Imprimer