Imprimer

N° 140-141 : Paradoxes de la mixité sociale



Le Droit à la ville de Henri Lefebvre : quel héritage politique et scientifique ?

par Laurence COSTES

En mars 1968, Le Droit à la ville de Henri Lefebvre paraît. Il provoque une prise de conscience dans l’histoire des idées sur la perception de la ville comme enjeu de société. Il annonce l’arrivée d’une nouvelle réalité, l’urbain, la fin de la ville industrielle et son éclatement en périphéries et banlieues. Cet article montre les prolongements et la modernité des thèses de Lefebvre : ses notions ont été largement reprises, tant au niveau national qu’international, par des praticiens de la politique de la ville et des sociologues de l’urbain, confirmant ses intuitions et ses craintes. Ce livre, par sa démarche, a également favorisé une progression dans l’appropriation de la ville et il laisse des pistes aidant à la compréhension de l’urbain aujourd’hui. La place de ce droit à la ville est une question plus que jamais d’actualité.

Mots-clefs : , , , ,

consulter l'article en ligne

N° 140-141 : Paradoxes de la mixité sociale


Imprimer