Imprimer

N° 140-141 : Paradoxes de la mixité sociale



Effets paradoxaux de la loi SRU et profil des acquéreurs de biens immobiliers en Île-de-France

par Didier DESPONDS

Dans le contexte français, la notion de « mixité sociale » s’est imposée comme la réponse aux dynamiques de fragmentation urbaine et d’accentuation des inégalités territoriales. La loi SRU de décembre 2000 en constitue le point d’orgue. Elle fixe des objectifs à atteindre en termes de logements sociaux, à l’échelle de la commune. Sur la période 2001-2005, les choix des acquéreurs de biens immobiliers ont évolué. Avec des héritages complexes résultant des politiques des années 1950/1960, les situations sont contrastées. La position des communes concentrant de forts taux de logements sociaux a-t-elle évolué, sur le plan des niveaux de prix comme sur celui des profils sociaux des acquéreurs ? L’étude se limite à la région Île-de-France, où les contrastes et les enjeux sont les plus forts.

Mots-clefs : , , , ,

consulter l'article en ligne

N° 140-141 : Paradoxes de la mixité sociale


Imprimer