Imprimer

N° 135 : Le consommateur ambulant



Cadres, techniciens et ouvriers : mobilités professionnelles et privilège spatial

par Quentin RAVELLI

Au cours des restructurations routinières des groupes multinationaux, les salariés ne vivent pas leurs transitions professionnelles de la même manière selon leur position hiérarchique. Parmi les trajectoires de salariés licenciés à la fermeture d’un centre de recherche pharmaceutique en Rhône-Alpes, se distinguent trois expériences de mobilité : la mobilité d’évolution pour les cadres, la reconversion pour les techniciens, le chômage pour les techniciens-ouvriers. Mais l’huis clos de l’entreprise ne suffit pas à expliquer comment s’opère ce « tri sélectif ». Pour comprendre pourquoi seuls les cadres acceptent la proposition de reclassement en région parisienne, il faut étudier aussi la reproduction des pratiques de mobilité et l’organisation spatiale de la vie familiale. Pour un agent de laboratoire, garder le travail ne saurait compenser le sacrifice de l’espace de vie, élaboré au fil des années pour compenser les insatisfactions au travail – partir, « c’est bon pour les cadres ».

Mots-clefs : , , , ,

consulter l'article en ligne

N° 135 : Le consommateur ambulant


Imprimer