Imprimer

N° 142 : Sociologies et architecture



Enseigner la sociologie et produire de l’espace urbain en Afrique noire francophone : un cas « d’école »

par Cyprien C. AHOLOU et Monica CORALLI

Cet article se propose d’identifier quelques points d’appui qui ont permis la création d’une école d’architecture et d’urbanisme inter-États à Lomé (Togo) et de soulever les questions que cette structure suscite aujourd’hui. Les modèles qui ont inspiré les contenus et la pédagogie proposés semblent relever d’un passé colonial – français – ; mais l’influence de la France se perpétue par l’intermédiaire de divers organismes en particulier dans le domaine de l’éducation. La comparaison entre l’école de Lomé et une école d’architecture française sert de premier analyseur. Le second porte sur les conditions de fabrication de la ville dans la mesure où la formation fournie par cette école aux futurs professionnels s’inscrit dans des contextes urbains en mutation permanente ; à cet égard les rôles et actions attendus de ces futurs professionnels ne peuvent qu’être limités. Les dispositifs institutionnels de cette fabrication s’avèrent en effet rapidement obsolètes ou restent inappliqués. L’importance attribuée à la composante sociologique (introduite dans les écoles françaises dès les années soixante-dix) reste donc faible dans la formation au projet architectural et urbain dans l’école de Lomé. Elle n’est pas encore considérée comme une discipline permettant d’offrir des outils pratiques et cognitifs dans les situations urbaines en Afrique.

Mots-clefs : , , , , ,

consulter l'article en ligne

N° 142 : Sociologies et architecture


Imprimer