Imprimer

N° 143 : Les territoires de l’informel



Dissociation et imbrication du formel et de l’informel : une matrice coloniale américaine

par Jérôme MONNET

L’opposition formel-informel, prévalente dans les politiques et les représentations publiques au début du XXIe siècle, résulte de l’histoire moderne qui a dissocié et catégorisé les individus, les activités et les espaces. En étudiant un corpus iconographique mexicain du XVIIIe siècle, l’article montre que la dissociation du formel et de l’informel a accompagné celle des activités économique et domestique et celle des espaces public et privé. Les catégories sociales dominantes ont été caractérisées par ladifférenciation fonctionnelle de leurs espaces, alors que les catégories populaires sont stigmatisées par l’impureté qui résulte de l’indétermination pratique de leurs origines comme de leurs espaces de vie et de travail.

Mots-clefs : , , , , , ,

consulter l'article en ligne

N° 143 : Les territoires de l’informel


Imprimer