Imprimer

N° 150 : Vers la ville «insulaire» ?



Femmes, sexe, genre. Quelle approche géographique ?

par Guy DI MÉO

Le développement des travaux sur le genre, encore timide en géographie, invite à regarder la production de l’espace géographique en tenant compte du rôle déterminant des catégories sociales liées à l’appartenance de sexe ou aux orientations de la sexualité. Cet article s’efforce de définir ce qu’il convient d’entendre par genre. Il établit un pont entre théories du genre et géographie sociale. Il propose des outils opératoires (espaces de vie et vécu, territorialité et territoire, lieu et réseau…) dont les résultats d’une expérimentation, réalisée auprès d’un échantillon de Bordelaises, sont présentés. Il s’avère que sous l’influence d’un ordre politique, urbanistique et social de nature masculine et familiale, les femmes interrogées construisent leur propre ville vécue en fonction de valeurs de genre. Elles y dessinent leurs territoires, leurs réseaux et leurs lieux (tous très diversifiés), qu’elles ceignent de « murs invisibles ».

Mots-clefs : , , , , , , , , , , , , ,

consulter l'article en ligne

N° 150 : Vers la ville «insulaire» ?


Imprimer